Nihil Nove

23 janvier 2006

Evo Morales, la suite

Juste un petit commentaire à propos du battage médiatique autour d'Evo Morales: après avoir eu droit aux reportages sur toutes les chaînes sur sa candidature, puis son élection, on a maintenant droit à la symphonie autour de sa prestation de serment. Certes, c'est le premier indien démocratiquement élu à la tête d'un État américain.

Toutefois, je me permettrai de douter qu'on aurait eu droit à ce niveau de couverture médiatique, et à ce ton élogieux s'il ne s'était agi d'un homme de gauche, et de la gauche de la gauche...

2 Comments:

  • L'appréciation de la situation en Amérique latine n'est point chose aisée pour celui qui n'y a pas vécu ou même foulé son sol.
    L'arrivée au pouvoir d'Evo Morales est un événement politique majeur pour le devenir du continent. Ce n'est pas seulement le premier indien démocratiquement élu à la tête d'un pays latino-américain mais le representant d'une population qui depuis l'arrivee du premier blanc sur le continent vit en situation de paria sur ses propres terres.
    Evo Morales ne doit cependant pas oublier les préceptes de Simon Bolivar : "No somos europeos ni Indios".

    By Anonymous Edecio, at 11:49  

  • Si !
    Tout à fait !

    N'oublions ce précepte et de façon plus générale les concepts humanistes.

    By Anonymous Amigo, at 21:31  

Enregistrer un commentaire

<< Home